Viaje a San Josecito de la Dignidad

Teresa Muñoz-Acosta, la directora de la Asociación Lectures Partagées, viajó a la comunidad de Paz de San José de Apartadó, en Colombia. Las veredas miembros de la comunidad son los beneficiarios de los diferentes proyectos desarrollados en el terreno por la asociación. Teresa nos cuenta su visita a la Comunidad y el momento en el cual compartió con ellos los resultados obtenidos en la campaña Tagua, Tierra y Agua.



10 de diciembre de 2014

Llegamos a San Josecito de la Dignidad (Comunidad de Paz de San José de Apartadó), poblacion construida por el desplazamiento de la poblacion, causada por la instalacion de un puesto de policia en medio de la poblacion civil. Encontramos alli a nuestros amigos y miembros de la comunidad.


Hace un año y medio, nuestra asociacion respondio favorablemente a la solicitud de la comunidad y se comprometio a lanzar una campaña solidaria en Suiza (Tagua, Tierra y Agua) con el fin de recolectar los fondos necesarios que permitieran a la comunidad comprar de forma colectiva, las tierras anexas a la Aldea de Paz de Mulatos. Este poblado se encuentra en pleno centro de la comunidad y tiene un gran valor simbolico. Es en este sitio que Luis Eduardo Guerra, lider de la comunidad de paz, y su familia fueron brutalmente asesinados. Estas tierras en Mulatos poseen los recursos de agua necesarios para la sobrevivencia de la comunidad. Ademas, tienen un valor estratégico y a que se encuentran a medio camino entre Antioquia y Córdoba, los dos departamentos sobre los cuales se encuentra la Comunidad. Las tierras son fertiles y productivas, y el agua no esta contaminada. Toda la gente que vive en esta region se alimenta de los productos de la tierra.

Hoy, llueve muchisimo, mucho mas que en otras ocasiones, y nos encontramos rodeados de barro. Nuestras hamacas y mosquiteros, guardados desde hace mas de un año en cajas plasticas, tienen un fuerte olor a humedad, las cucarachas y otros insectos se pasean tranquilamente por todas nuestras cosas.


Poco a poco, nos instalamos, como siempre, en la que ellos llaman "la casa de los internacionales" Esta me recuerda mucho alo que en Suiza llamamos « Casas de barrio». Aqui, niños, adolescentes, adultos y ancianos vienen cotidianamente a jugar, hacer trabajos manuales, cantar, tomar café y compartir. Notre arrivée les attire tous comme des mouches. Ils savent également que les guitares de Cristina et Nicolas sont arrivées, ainsi que leurs chansons et les revues contenant les dernières informations provenant de la capitale. Certains veulent écouter des chansons, d’autres veulent apprendre à jouer de la guitare ou s’exercer à la lecture. Un par un, ils viennent nous saluer : Brígida, Aníbal, Héctor (les anciens), Orinson, Titis, Andrés, Brayan, Tatiana, Mayeli et beaucoup d’autres, enfants et jeunes adultes. Il y a aussi de nouveaux venus, des bébés : celui de Martica, Saida, Everlides, Blanca. Certains bébés marchent déjà, pieds nus dans la boue, et s’en sortent extraordinairement bien.


" [...] notre association a répondu favorablement à la demande

de la communauté et s’est engagée à lancer une campagne

solidaire en Suisse (Tagua, Tierra y Agua) afin de

collecter les fonds nécessaires permettant à la communauté

d’acheter, en propriété collective, les terres contiguës à

la Aldea de Paz de Mulatos. Ce village se trouve au cœur de la communauté et a une grande valeur symbolique."

Une année s’est écoulée depuis le début de la campagne Tagua, Tierra y Agua. Avant de me rendre en Colombie, l’équipe de Lectures Partagées avait récolté 25'000 francs suisses. A cette somme, que nous remettons avec un chèque symbolique à la Communauté de Paix, nous pouvons désormais ajouter les généreux dons que nous avons reçus durant le mois de décembre. Ces dons nous ont permis de mettre un terme à la campagne avec un total de 32'700 CHF. Cet argent, grâce à un taux de change favorable, sera suffisant à la négociation du terrain de Mulatos, puisque l’accord de vente se chiffre à 80 millions de pesos Colombiens.



12 décembre 2014

Signature de l’accord entre Lectures Partagées et la Communauté de Paix

Le conseil interne de la communauté, constitué des membres des différents hameaux, se réunit aujourd’hui, comme en diverses autres occasions, afin d’aborder et résoudre les nombreux problèmes auxquels ils sont confrontés jour après jour dans cette région.


Nous arrivons au kiosque alors qu’il fait nuit noire. Il est 22h30 et notre lanterne n’a pas résisté à l’humidité de la région. Eliecer, Gildardo, Julio, Arley, Germán et Jesús Emilio nous reçoivent chaleureusement. Après un échange d’histoires et de blagues, nous abordons le thème de la campagne Tagua, Tierra y Agua. Les membres du conseil sont très anxieux quant au résultat obtenu par le travail de l’association après avoir attendu plus d’un an.


"Les 25'000 CHF symbolisent l’espoir d’acquérir, en

propriété collective, ces terres qui sont en danger

de tomber entre les mains d’entreprises multinationales,

de groupes paramilitaires ou de cultivateurs de coca."


Le conseil est bien décidé à finaliser le plus rapidement possible les négociations avec le propriétaire foncier du terrain. Certaines multinationales, qui pour certaines bénéficient du soutien de groupes paramilitaires, sont en train d’acheter beaucoup de terrains dans cette région de Colombie, et construisent des routes afin de faciliter le transport et l’exploitation de charbon dans cette zone.


Par conséquent, il est urgent de concrétiser l’achat de ces terres. Le conseil espère pouvoir clôturer l’opération au plus tard à la fin du premier trimestre de l’année 2015. Avec la somme disponible en pesos colombiens, un contrat de vente sera signé avec le propriétaire du terrain. Par la suite, le terrain sera enregistré devant notaire au nom de la Communauté de Paix.


Nous concluons la réunion en signant un accord entre le conseil interne de la Communauté et l’Association Lectures Partagées dans lequel sont établis les critères et conditions à remplir afin de procéder au transfert des fonds récoltés grâce à la campagne.


Dans les semaines à venir, le conseil interne rencontrera à nouveau le propriétaire foncier afin de continuer les négociations. Nous avons tous espoir que les ressources d’eau pourront être sauvées et qu’en cette occasion, le bien-être de la communauté locale aura prévalu sur les intérêts des puissantes entreprises qui désirent s’installer dans la région.

Tags:

Artículos nuevos
Publicaciones recientes